Être ou faire?

Cette quête de reconnaissance liée à des souffrances, dont l’abandon, est présente chez tous les humains.  Dans le règne animal, ces êtres vivants, il a été constaté par des scientifiques que ces derniers vivaient également cette souffrance, notamment chez les éléphants, pies et chimpanzés, dont nous se sommes pas si éloignés que cela, pour ces derniers.  Leurs rituels au moment du décès d’un des leurs en sont les meilleures preuves.  Un décès est une forme d’abandon.Aussi, pour ne pas être « abandonné », ne pas mettre un terme à une relation, même si néfaste, ne pas être seul, ne pas se confronter à soi, se déconnecter de notre nature profonde, nous sommes dans le faire, l’action permanente et ce, sous différentes formes, en acceptant des contraintes qui ne nous appartiennent pas.  La mère nourricière, le père bricoleur, l’autre qui répond au bout de deux sonneries de gsm, etc … 

Cela se traduit par une disponibilité totale pour les autres, au point de s’oublier, et un jour, la marmite explose où la souffrance est sourde et profonde, et c’est le drame.  La cause?  Nous !  Sortons du Samsara (cycle des existences successives soumis aux souffrances) !

Quelle partie de nous voulons-nous satisfaire en étant dans le faire ?  Quelle projection faisons-nous sur l’autre par rapport au(x) bienfait(s) de notre action ? Par rapport à l’autre, nous sommes dans l’illusion, car nous ne pouvons rien savoir, juste supposer et encore, ce n’est qu’un travail intellectuel, « calculé ».

En étant dans le faire pour avoir l’illusion d’obtenir la reconnaissance des autres, on oublie le principal en le mettant de côté, celui-là, c’est nous avec qui nous vivons en permanence et que nous devons aimer pour pouvoir aimer les autres et être juste dans nos relations.  Une preuve non-négligeable de cette réalité est le nombre de maladies liées à cela : le burn-out, la dépression, etc…  On s’oublie tout simplement…

Aussi, en nous reconnectant à notre nature profonde, en nous écoutant, en nous respectant, en nous donnant de l’Amour et en donnant aux autres, nous pouvons agir de manière juste et ce, dans une éthique pour tous.

Une relation est comme un contrat synallagmatique, alors obligeons nous les uns envers les autres de manière équitable et « éthicable » !  Soyons attentif à nous comme nous le sommes aux autres.
De manière sincère, avec du coeur…

On s’y met ?

 Jacques ☀️


En savoir plus sur Jacques Dal – Coach & Thérapeute analytique

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *